Les expositions d’art qui attirent le courtier

collectionneurs des œuvres d'art
La passion des collectionneurs des œuvres d’art
novembre 4, 2015
brokerage
Les galeries d’art en ligne : Impact du brokerage
novembre 4, 2015
Brokerage

Le dialogue entre l’art et la haute couture fut une articulation privilégiée pour comprendre l’art de ce siècle. Les professionnels de la mode sont aussi des artistes capables d’inventer des formes et habiller. La création d’une œuvre est pour eux le fruit d’une sensibilité artistique et un goût pour l’harmonie. Voilà pourquoi ils sont attirés par différentes expositions d’art de estades.com/ par exemple, notamment la peinture et la sculpture.

Rencontres des artistes et des couturiers

Les artistes et les couturiers font tout pour se rencontrer et travailler ensemble. Ils s’attirent et partagent des passions communes à l’égard des tensions entre les lignes et les surfaces, des aimantations entre la couleur et la lumière…Leurs passions sont communes et leurs activités sont l’œuvre d’une inspiration féconde. Que ce soit pour peindre ou pour coudre, ils ont besoin de la même expérimentation de la ligne, une même justesse dans le maniement des contrastes entre les matières et les volumes. C’est ce que l’on peut relever dans les œuvres d’Yves Saint Laurent par exemple.

Quelles expositions les attirent alors ?

Convaincus du fait que le couturier et les artistes sont obsédés par le mouvement, c’est surtout les expositions de l’art contemporain et post-moderne qui les attirent. Les couturiers sont séduits par les variétés des formes et la vivacité des couleurs de la peinture contemporaine. Elle peut donc les inspirer et aiguiser leur sens d’inventivité. Yves Saint Laurent par exemple fut attiré par les artistes du vingtième siècle comme Picasso. Quant à Paul Poiret, il détourna Raoul Dufy pour les motifs de ses étoffes, Elsa Schiaparelli récupéra pour ses robes les homards et les tiroirs de Dali.

Mais Yves Saint Laurent chérissait surtout les œuvres de Picasso et Braque. Quelles en sont les raison ? C’est probablement pour des raisons qui dépassent la seule notoriété. L’art moderne repose sur des gestes : coller, clouer, punaiser, agrafer… qui se mêlent à ceux des couturiers. Picasso et Braque étaient à leur tour des couturiers connus par l’assemblage hardi de matériaux hétérogènes, les effets illusionnistes de tension entre le mou et le rigide, leurs rapprochements brutaux de couleur…. Les formes géométriquement dessinées par un couturier ingénieux, nous rappellent les mêmes motifs abondamment déclinés par Jim Dine. Tandis que l’alliance des couleurs est ce qui donne à l’œuvre artistique toute sa plénitude.

L’image de la femme en peinture et en couture

Si la ligne est cette force qui associe la disponibilité perméable à l’art des peintres et une conception purement baudelairienne de la figure féminine, pour les couturiers elle représente la femme comme une déesse se dandinant sensuelle dans les mousselines, les gazes, les vastes et chatoyantes nuées d’étoffes dont elle s’enveloppe et qui sont les attributs de sa divinité…